Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/10/2010

NOMBRE DE VISITE EN 2010

dette_large.jpgLa baisse de notre pouvoir d'achat suite à la hausse de nos impots  expliquent le nombre de visites.Nos poches sont vides et aprés que fait-on?

Cette phrase devrait faire réfléchir nos élites dirigeantes:Quand les gens intelligents se piquent de ne pas comprendre, il est constant qu'ils y réussissent mieux que les sots (André Gide) 

 

Mois 2009

Cumul 1

Cumul 2

Mois 2010

Cumul1

Cumul 2

01

0313

0313

-

2056

2056

09921

02

0248

0561

-

1802

3858

11475

03

0329

0890

-

2023

5881

13169

04

0430

1320

-

2692

8593

15391

05

0350

1670

-

1996

10589

17037

06

0411

2081

3081

1960

12549

18586

07

0511

2592

3529

1738

14287

19813

08

0527

3115

3921

1731

16018

21017

09

0612

3727

4447

1772

17090

22177

10

1039

4766

5301

 

 

 

11

1361

6187

6428

 

 

 

12

2049

8178

8178

 

 

 

     Cumul 1= Cumul sur l’année en cours

     Cumul 2= Cumul sur 12 mois

Les statistiques générales du blog : http://lescontribuablesdesommieres.over-blog.com    depuis sa création  et traitant des questions du Gard et de la région Languedoc-Roussillon

 

Date de création : 11/11/2008
Pages vues : 28 522 (total)
Visites totales : 2 957
Journée record : 15/04/2010 (201 Pages vues)
Mois record : 03/2010 (3 662 Pages vues)

* Nombre de personnes différentes ayant visité ce blog durant une journée

Ne pas oublier que l'article L-247 du code général des impôts nous permet d'obtenir une réduction d'impôt.

 

07/07/2010

AUGMENTION DES DEPENSES:CONSEQUENCES

Ce qui se passe à Pont-Saint-Esprit devrait servir d'exemple à nos élus pour éviter des dépenses croissantes qui entraînent OBLIGATOIREMENT une AUGMENTATION D'IMPÔTS tôt ou tard(Exemples au C.C.P.S avec ce que l'on appelle FISCALITE ADDITIONNELLE pour tôt et pour tard augmentation de la dette comme à Sommières):

Pont-Saint-Esprit : les plaintes des contribuables s’accumulent


    
Billet Pont-Saint-Esprit

« Baumet, démission ». Voilà ce qu’on a pu entendre au dernier conseil municipal de Pont Saint Esprit. Les manifestants contribuables n’ont pas été autorisés à entrer. Ceux qui avaient pu se glisser malgré les fouilles à l’entrée en ont profité pour jeter des faux billets de « 500 euros spiripontains » à l’effigie du maire, pour faire passer un message simple : « A Pont-Saint-Esprit, on jette l’argent par les fenêtres ». Le Maire a alors suspendu la séance, tandis que les gendarmes évacuaient manu militari les contribuables. La séance a repris quelques minutes plus tard avant d’être une nouvelle fois interrompue après un très vif débat entre Gilbert Baumet son groupe d’opposition municipale.

Rien ne s’est arrangé, en effet, à Pont Saint Esprit, depuis ce rapport – accablant- de la Chambre régionale des comptes de 2008, qui faisait apparaître une situation ahurissante : 23 millions d’euros d’emprunts, un trou de trésorerie de 14 millions et 6 millions de factures impayées. L’endettement par habitant était à l’époque de 2600 euros. Il serait aujourd’hui de plus de 3000 euros d’après Virginie Subtil, présidente du Rassemblement des contribuables spiripontains.

Du coup la Ville a augmenté spectaculairement les impôtslocaux : de 56 à 80 % de hausse selon les cas. Il a bien fallu financer les embauches multiples à la mairie et les folies de la municipalité. « Jusqu’en 2000, sa gestion (de Gilbert Baumet, ndlr) a été médiocre. Depuis, elle est catastrophique, expliquait Virginie Subtil au Cri l’an dernier (Le Cri du 11 juillet 2009). Il a embauché en masse : il y a eu jusqu’à 580 employés à la mairie ! Pour une ville de 9560 habitants, c’est un record absolu. Et puis il y a eu des fêtes grandioses, des feux d’artifices, des concerts… Pendant ce temps, notre patrimoine, qui date du XIIe siècle, tombe en ruine, nos rues sont défoncées, la piscine a été fermée l’année dernière. Elle a été rouverte, mais elle n’est plus aux normes… »

Pour parvenir à ses fins, les manifestations, aussi nombreuses soient-elles, ne suffisent pas. Il a fallu porter le fer sur le terrain judiciaire. Le Rassemblement des contribuables spiripontains a porté plainte le 2 avril auprès du procureur de la République de Nîmes pour « détournement de fonds et biens publics » contre le maire de Pont-Saint-Esprit, Gilbert Baumet, et contre son adjointe à la culture. Concernant cette dernière, le procureur financier de la chambre régionale des comptes (CRC) a transmis un dossier le 1er février au TGI de Nîmes pour dénoncer « l’utilisation de cartes de carburant à la disposition des élus locaux et utilisées par eux à des fins personnelles ».

De son côté le maire, Gilbert Baumet, accuse le préfet de « collusion » avec ses opposants et l’association des contribuables, prenant prétexte des quelques rencontres qui ont eu lieu, pourtant de façon furtive. « Pour rencontrer le secrétaire général de la Préfecture, nous avons dû manifester devant ses fenêtres », lance Virginie Subtil. Mais nous n’avons pas rencontré le Préfet lui-même».  Le préfet a dû publier un communiqué de presse pour rétablir les faits…

A cela s’ajoute un bras de fer entre l’État et la Ville : le préfet a en effet déposé un recours auprès du Conseil d’État, pour que l’arrêté notifiant la démission du maire soit officiellement et définitivement reconnu. Un incroyable imbroglio judiciaire ! Une chose est sûre : « Les Spiripontains ne veulent plus de leur maire », lance Virginie Subtil.

Cerise sur le gâteau : le maire, Gilbert Baumet, par qui le scandale est arrivé, a été professeur de finances locales à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence jusqu’en mai 2008. Il ne l’a été qu’à la demande de Philippe Séguin, alors administrateur de l’école – et premier président de la Cour des comptes. Ça ne s’invente pas.

Amédée Dubuis



Articles similaires :

  1. Pont-Saint-Esprit : le maire poursuivi par les contribuables
  2. Saint-Louis-de-la-Réunion : les contribuables demandent la démission du maire
  3. Saint-Etienne fait sa comédie aux frais des contribuables
  4. Le pont levant de Rouen
  5. La grève fait le pont

C'est pour toutes ses raisons que les contribuables de notre région ont crée : L'observatoire de defense des contribuables que vous pouvez consulter sur le site:    www.observatoirededesensedescontribuables.com

21/03/2010

ENDETTEMENT

 

Note_Delpla.jpgDans cette note, Jacques Delpla, économiste, membre du Conseil d'analyse économique, propose d’inscrire en 2010, dans la Constitution française et dans la loi organique relative aux lois de finances (LOLF), une règle budgétaire contraignante de moyen terme. La règle proposée s’inspire de celle adoptée par l’Allemagne en 2009.
Pour les budgets des collectivités locales, sont proposées une procédure pour dette excessive et une procédure de restructuration de dette excessive, celle-ci serait analogue à la procédure de sauvegarde pour les entreprises.
La morale n'est pas de laisser des dettes à nos enfants qui devront OBLIGATOIREMENT les payer.
La dette de Sommières d'année en année augmente.Il en est de mêmeà la Communautés des Communes du Pays de Sommières parce que l'un et l'autre ne savent pas maîtriser leurs dépenses.
L'ARGENT PUBLIC,C'EST NOTRE ARGENT.     APPRENEZ A LE RESPECTER
Je n'ai rien à cacher:quelle belle expression pour cacher l'essentiel
                                                 
Source:contribuables associés pour les photos
Notre sommes une société qui se dit égalitaire : c'est par le respect de l'équité républicaine que réside le bien être du plus grand nombre. C'est l'utilisation de l'argent public, son recouvrement et son utilisation qui font l'objet de notre attention. 44523774.jpg
N.B:  Refléchissons au commentaire suivant:
Rond point fleuri.jpg-1-J'ai voulu me pencher et étudier les dépenses des communautés de communes,... mon Dieu!...c'est vraiment pas mieux !!!...quelle société de "crapules" allez-y, installez de magnifiques parterres de fleurs dans vos communes,en n'oubliant pas que dans ces mêmes communes il y en a qui ont tout juste de vivre, de quoi manger !!!
-2-Est-il moral de dépenser l'argent des générations futures en endettant la commune pour
des fleurs?